Actualités

le 06/04/2017

Quelques mois après la création du service Innovation chez OKEENEA, Sylvain Denoncin, Président, nous livre sa recette de base. Une recette que nous ne cesserons d’affiner dans les années à venir pour apporter encore plus d’autonomie et de mobilité aux personnes qui vivent avec un handicap.

Notre métier depuis près de 25 ans, c’est de développer des solutions technologiques pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap, déclare Sylvain Denoncin. C’est l’innovation au service de l’autonomie, de la mobilité et de l’inclusion de ceux qui ont des besoins spécifiques.


Mais comment mettre en place une démarche efficiente ? Quels sont les principaux écueils à éviter ?

 

3 ingrédients indissociables


L’innovation est un savant équilibre entre 3 ingrédients : l’usage, la technologie et le marché. Enlevez-en un et le plat perdra toute saveur. Son avenir à la carte sera alors de courte durée ! Mais le juste équilibre des saveurs, bien que difficile à trouver, est gage de succès.

INNOVATION-accessibilité-OKEENEA


 - Des débouchés commerciaux
Négligez l’exploration du marché et c’est l’échec commercial assuré. La fausse bonne idée. Nombre de start-ups vivent cette situation : elles proposent une solution, souvent digitale, qui règle une véritable souffrance d’usage. Problème : personne pour payer. Avec un bon pitch, on peut faire un, voire deux tours de table avec des investisseurs, mais à l’arrivée, c’est le compte de résultat qui tranchera.

schéma montrant que l'usage, le marché et la techno sont indissociables
- Une technologie aboutie
Négligez la partie techno et c’est le fiasco technique. La maturité technologique n’est peut-être pas encore suffisante ou vous êtes allé trop vite, souvent poussé par des clients pressés. A moins que ce soit vous qui souhaitiez facturer vite !


- Des usagers prêts à adopter votre solution
Négligez l’usage est c’est alors un échec d’appropriation. C’est un cas plus subtil : vous avez une techno en place et un client prêt à payer mais c’est l’utilisateur qui n’adhère pas. L’échec peut prendre de nombreuses formes. Par exemple, vous n’atteindrez pas la masse critique nécessaire à la pérennisation de votre business model. Ou encore les installateurs ou les intermédiaires nécessaires à la mise en place de votre offre font face à trop de complexité. Ils empêcheront alors le déploiement et donc l’accès aux clients.

La mauvaise nouvelle est qu’il est très rare de tomber au centre de la cible du 1er coup. Pour preuve : 90% des start-ups échouent dans leur projet, contre 50% des entreprises dites traditionnelles après 5 ans d’activité. Alors, comme le cuisinier, il faut ajuster son plat petit à petit avant que les clients ne le plébiscitent.

 

20 fois sur le fourneau reprendre la cuisson


L’innovation est donc un processus itératif, alternance d’essais et d’erreurs. Mais pour qu’il soit fructueux, il faut développer une organisation qui repose sur 5 piliers :
1. Encourager la prise d’initiative, surtout sous forme collective pour créer une émulation positive ;
2. Accepter l’échec, pas dans le discours mais dans les actes, au niveau de la direction et des pairs ;
3. Faire une réelle analyse systématique des échecs et en tirer des conclusions opérationnelles pour se rapprocher un peu plus du centre de la cible à la prochaine étape ;
4. Développer la capacité de faire des cycles itératifs courts pour limiter les pertes d’argent et accélérer la spirale vertueuse. Pour ça, trouvez des makers, ceux qui ont capacité à vite tester une hypothèse ;
5. La pugnacité est souvent la clé de voûte du système, d’où l’importance de choisir un projet qui vous passionne !

En résumé, l’innovation, c’est itérer dans la méthode pour itérer dans son projet !?!

Un projet d'accessibilité ? Contactez-nous et découvrez nos solutions. 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer